Pourquoi avons-nous choisi un bus scolaire ?

Printemps 2018 : Notre premier hiver était passé, nous avions survécu au froid Québécois et nous l'avions même apprécié.  Mais il était temps pour nous de nous créer de nouvelles aventures. Et, découvrir le reste du Canada en était une !

Mais comment ?

= >La seule chose dont nous étions certains, c'est que nous voulions le faire en road-trip.

Mais cette fois-ci, ce n'était pas de simples vacances, non. Nous voulions partir durant des mois sur la route. Il nous fallait donc le véhicule adéquate, pour nous trois et en fonction de notre voyage.

Nous avons donc dû essayer d'imaginer et de définir au mieux ce qui nous serait essentiel pour cette aventure.  Il a fallu établir une liste de nos besoins et de nos envies, pour chacun d'entre nous et de réajuster en fonction de nos recherches et de notre budget.

Alors pourquoi avons-nous décidé de prendre un bus plutôt qu'un van ? Quels ont été nos critères ? 

On vous partage tout dans cet article !

NOS CRITÈRES

 

  1. Nous voulions un minimum de place. Ce n'est pas que le fait de dormir à 3 sur un lit nous pose problème mais il nous fallait un minimum de confort si nous voulions tenir plusieurs mois sur la route et par tous les temps, sans s'entretuer se marcher dessus - en plus, Ska prend toute la place dans le lit. Et, ne sachant pas vraiment la suite des événements (si nous allions revenir ou non à Québec),  nous voulions aussi pouvoir stocker toutes nos affaires dans le véhicule. Et petit critère de Thibaut : il souhaitait pouvoir se tenir debout. Vous imaginez bien que cela ne posait pas de problème pour moi.
  2. Vivre sur la route est une chose mais vivre sur la route avec son chien en est une autre. Pour nous, c'était simple : si Ska ne pouvait pas bien vivre l'aventure alors il n'y aurait pas d'aventure du tout. Il a donc fallu imaginé toutes les situations possibles où ce serait compliqué pour lui. Et la chaleur était une raison prédominante. Il nous fallait donc un véhicule très bien isolé et qui pouvait posséder une climatisation/un ventilateur.
  3. Une mécanique fiable. Qu'on se le dise franchement, nous n'y connaissons absolument rien en mécanique et l'idée de se retrouver en panne au milieu du désert ne me faisait clairement pas rêver. Il nous fallait donc une certaine sécurité concernant le moteur, à savoir si le véhicule a bien été entretenu, si les pièces de rechange se trouvaient facilement, si la consommation de carburant n'était pas trop élevée, si il n'y avait pas trop de rouille - autant chercher une licorne, n'est-ce pas ?
  4. La plus importante et pas des moindres : une cuisine. Thibaut étant cuisinier de métier, il était évident pour lui qu'il allait cuisiner sur la route (et que je profite de ses plats). Petite ou grande, peu importe ! Mais c'était essentiel à notre road-trip et il fallait qu'elle soit intérieure car nous allions voyager aussi durant l'hiver...ai-je besoin de vous spécifier les températures au Canada, en hiver ? De plus, mis à part le plaisir de cuisiner sur la route, nous en voulions une afin de faire des économies. Vous le savez tous, manger chez soi coûte beaucoup moins cher que d'aller aux restaurants et fast-food tous les jours. C'était donc une question de budget à long terme.
  5. Un budget. Nous avions estimé 8 000 à 10 000 $ CAN (soit 5 000 à 7 000 euros) selon l'aménagement.
  6. Optionnel : des toilettes et une douche. Pour nous, avoir une salle de bain sur la route, c'est comme dormir dans un hôtel 5*, c'est le nec plus ultra du road-trip avec le confort +++. Ce n'était donc pas du tout essentiel à nos yeux mais si nous avions la possibilité, why not ? Après tout, cela nous permettrait d'avoir plus d'autonomie, de laisser Ska beaucoup moins souvent tout seul, d'avoir un peu d'intimité et aussi d'une certaine façon, de gagner du temps et de l'argent (en évitant de payer la douche dans les campings, piscines,...)

 

Alors ? Un dodge caravan ? Trop petit.  Un camping-car ? Souvent trop vieux ou trop cher.  Un sprinter ? Difficile à trouver.

Et puis, un jour...après des heures de recherches acharnées, des litres de café et de thé, des tonnes de questions et beaucoup d'espoir, est arrivée l'évidence.

Nous découvrions le monde des SKOOLIE = les bus scolaires aménagés.

 

 

@onewildridebus

@fernthebus

@d_bus_life

ALORS, POURQUOI UN BUS ?

 

Avant tout, au Québec, il y a des lois concernant les autobus et le transport scolaire. Mais dans notre situation, il y en a particulièrement deux qui nous intéressent :

La première

«31.Un contrat de transport d’élèves doit contenir une stipulation suivant laquelle le transporteur:
(...)
ne peut utiliser, pour l’exécution de son contrat, des autobus ou minibus de plus de 12 ans selon l’année du véhicule »
=> Si les compagnies d'autobus scolaires n'ont plus le droit de transporter des élèves, après 12 ans d'utilisation, elles sont obligées de revendre ou échanger leurs bus, étant devenus inutiles pour eux . Et, c'est à partir de ce moment que les autobus perdent énormément de leurs valeurs... et qu'il est temps de prospecter !

 

La deuxième

« Une vérification mécanique périodique doit être effectuée tous les 6 mois »

=> Une vérification mécanique tous les 6 mois = un véhicule régulièrement entretenu = une sécurité supplémentaire.
Pour les français, la vérification mécanique est plus ou moins l'équivalent de notre contrôle technique. 

 

Et, petit bonus, nous avons appris que les autobus ont la réputation de pouvoir atteindre facilement plus de 500 000 km. Et les moteurs sont majoritairement Diesel, ce qui est normalement plus économique et plus fiable sur le long terme - même si, soyons réaliste, cela reste un bus. Ce qui remplit l'un de nos critères (notre licorne, vous vous souvenez ? ) : Une mécanique fiable ☑

 

Concernant la place et la hauteur pour Thibaut...ben... c'est un mini-bus, les amis ! L'intérieur fait plus de 4,50 mètres de long, à peu près 2 mètres de large et approximativement 2,20 mètres de hauteur ☑

 

La climatisation ? L'isolation ? La cuisine ? A présent, nous pouvions l'aménager, comme nous le souhaitions, à notre goût et avec nos exigences. Et, il y a même la place pour une salle de bain ! ☑☑

 

Il ne restait plus qu'à voir le budget... Et ce fût une agréable surprise !
En effet, en fonction des bus disponibles (petit ou grand, l'année, le moteur, etc...), si il vient d'une compagnie, d'une entreprise ou d'un particulier, nous avons pu voir des prix variant entre 1 500 $ à 8 000 $ CAN. Nous avons eu le nôtre pour 4 500 $ CAN (soit 3 000 euros). ☑
Nous parlons, ici, de bus non aménagé, avec tous ses sièges. Mais si vous préférez ne pas le faire vous-même, vous pouvez en trouver déjà aménagés et le prix varie aussi en fonction de l'aménagement.

 

Ça y est, vous connaissez enfin les raisons de notre achat ! Nous sommes, actuellement, encore en pleine conversion (depuis début Juillet), c'est un processus assez long mais nous sommes convaincus que notre vie changera littéralement le jour où nous pourrons enfin prendre la route.

 

Plusieurs articles sont en projet, notamment sur l'avancement de notre conversion, des astuces pour trouver un bus, l'identité exacte de notre skoolie, nos démarches sur l'administration et la SAAQ,... STAY TUNED !

No Comments

Leave a Comment